ORTHOGRAPHE – «Nous avons convenu», «il faudrait obligatoirement», «c’est une jolie opportunite».

ORTHOGRAPHE – «Nous avons convenu», «il faudrait obligatoirement», «c’est une jolie opportunite».

Les formules bardent les mails professionnels.

A tort. Le Figaro revient sur ces erreurs du quotidien.

Elle reste la. Au bout de nos doigts. Prete a nous decredibiliser en un coup d’?il et faire grimacer notre interlocuteur. Notre faute de grammaire. Voila la bete noire de tout Francais! Qu’importe Par exemple le correcteur automatique si le mot existe. Elle passera forcement entre nos mailles du filet, quand il faudra, notamment, ecrire la phrase «ils se sont parle(s)» ou choisir des participes passes, des traits d’union ou des mots invariables.

Que faut-il preferer entre nos locutions «d’ici demain» et «d’ici a demain»? «tout a coup» et «tout d’un coup»? Qu’en est-il via ailleurs une construction «commencer avec»? Est-elle vraiment correcte? Rien n’est moins sur. Le Figaro revient dans ces fautes d’orthographe courantes qui empoisonnent nos messages.

Je me rappelle de ce dossier

L’erreur de preposition est courante. Aussi banale que le petit «a», dans la phrase «ils ont pallie a un probleme de retroprojecteur concernant le rendez-vous de mardi». Faut-il pour autant Realiser se resoudre a l’accepter au sein d’ des conversations? Certes non! Rappelons-nous Indeniablement que le verbe «se rappeler» est transitif direct. Ca signifie que celui-ci se construit directement et que son complement d’objet est introduit sans preposition. Pour etre correct, il faut donc ecrire: «Je me rappelle bien votre dossier». Continue reading “ORTHOGRAPHE – «Nous avons convenu», «il faudrait obligatoirement», «c’est une jolie opportunite».”